Maçons au moyen-âge

Dictionnaire

Dictionnaire de termes architecturaux et autres définitions techniques de maçonnerie

 

Arcasse (n. f.) : l'arcasse est un sas constituant souvent l'entrée unique d'une ferme d'altitude, donnant ainsi accès à l'étable et à l'habition. Il permet de mieux isoler du froid. un abreuvoir, appelé un Bâcha, est souvent présent dans l'arcasse.

Allège (n. f.) : Partie pleine sous une baie, du sol jusqu'à l'appui.

Appui de fenêtre (ou bassoir) (n. m.) : Partie supérieure de l'allège où il est possible de s'appuyer.

Butonner (ou buter) (v.) : étayer.

Chevalement (n. m.) : étaiement en sous-œuvre. Structure permettant de soutenir une partie de maçonnerie, comme par exemple lors de percement d'ouverture.

Coussiège (n. m.) : banc ménagé dans l'embrasure d'une fenêtre. Très courant dans les demeures médiévales.

Ébrasement (n. m.) (ou ébrasure n. f.) : partie intérieure d'une fenêtre, en biais, dans l'épaisseur du mur. Cela permet, dans les vieilles fermes, dont l'épaisseur du mur est conséquente, de faire pénétrer plus de lumière.

Jambage (ou trumeau) (n. m.) : Partie latérale d'une baie, formant poteau, recevant le linteau ou l'arc.

Linteau (n. m.) : Poutre en bois, pierre, béton armé ou métal, placée au-dessus d'une baie et destinée au transfert des charges vers les jambages.

Palâtre (ou palastre) (n. m.) : arrière-linteau.

Solive (n. f.) : Pièce de bois disposée horizontalement, ancrée dans les murs et soutenant un plancher.

Trou de boulin : un boulin est une pièce de bois d'environ 12 cm de côté, engagée horizontalement dans la maçonnerie, utilisée comme échafaudage, dont elle supporte les plateaux. Ce système d'échafaudage est attesté depuis l'antiquité. Aujourd'hui, les "trous de boulin" représentent les orifices pratiqués dans un mur pour y introduire des poutrelles permettant de construire un chevalement.